Layrac en Brulhois

La ville Le plan d'accès Les Lavoirs Les Fontaines Les pigeonniers Les Calvaires     Le Karting

Hier la ville s'est développée autour d'un monastère fondé en 1071 par Hunald, frère du Vicomte de Brulhois. Cité importante au moyen-âge, notamment par sa batellerie sur le Gers et la Garonne, première porte de la Gascogne son histoire est marquée par la venue d'hôtes illustres. Le Pape Urbain II, à son retour de Clermont où il venait de prêcher la croisade, se rendit à Layrac la 7 mai 1096 et consacra l'église aujourd'hui classée monument historique.

Jeanne d'Albret, reine de Navarre, passa à Layrac le 15 janvier 1572 en se rendant à Paris pour la célébration du mariage de son fils Henri. Henri IV vint à Layrac le 16 août 1576 où cette localité était une place forte du protestantisme en Agenais.

Aujourd'hui la ville dispose d’atouts touristiques : l’église SAINT MARTIN , du XII ° siècle , dont l’autel a été béni par le Pape URBAIN II . A coté , l’esplanade du ROYAL offre une vue reposante sur la vallée du Gers et de la Garonne .Elle est campée du vieux clocher octogonal . La vieille ville , au cœur du bourg , mérite un détour , ainsi que les nombreux lavoirs du village . La campagne est sillonnée de chemins propices aux randonnées pédestres, cyclistes ou équestres.Le Gers présente un tracé sinueux pour les amateurs de canoë.

L’industrie est peu présente mais de qualité .L’usine KIRPY est mondialement connue pour sa fabrication et ses exportations de concasseurs de pierre et de machines à cueillir le tabac .La plaine de la Garonne permet l’extraction de la grave indispensable aux travaux routiers et à la construction .

Quelques établissements agro-alimentaires et notamment la Cave Coopérative des vins du BRULHOIS de GOULENS brillent par leur dynamisme .

                                                                 

Les contacts: Mairie: 05.53.87.02.70 Fax05.53.87.07.43

Maire: Général Henry MAURY Adjoints: Pierre PUJOL, Henry LALANDE, Hubert PARMENTELOT, Françoise ZIMOLO, Jacques AURENSAN Secrétaire de Mairie: Christine DESSEAUX

Téléphone: 05 53 87 02 70 Fax: 05 53 87 07 43 Jours et heures d'ouverture: du lundi au vendredi de 8h.30 à 12h. et de 13h.30 à 18h.; samedi de 9h. à 12 h.

Nombre d'habitants: 3 097 Superficie: 3 800 ha.


Astaffort Caudecoste Cuq Fals Layrac Saint Nicolas Saint Sixte Sauveterre Saint Denis


Le travail de recherche que nous vous présentons ici a été rendu possible grâce à l'aimable collaboration de M. Pierre ALLOUIS de Layrac qui a mis à notre disposition toute sa documentation. Qu'il en soit ici remercié.


Les Lavoirs

La commune de Layrac possède cinq lavoirs : à Verdun, La Fourche, Cantayre, Fontebeille et Goulens.

Les quatre premiers sont alimentés par des sources (intarissables, même lors des étés les plus secs, comme celui de 1985) et présentent des caractères communs :

un point de puisage d’eau propre, pour la consommation courante (boisson, cuisine...) placé immédiatement après le captage

un lavoir, en aval du point de puisage, alimenté par l’eau en excédent 

un exutoire et un canal de rejet des eaux vers le Gers.

Mais chacun d’eux possède son originalité.

A Verdun, l’étonnante galerie voûtée qui conduit les eaux usées à la rivière.A la Fourche, un ouvrage intermédiaire d’usage mal défini - puisque ce n’est même pas une réserve d’eau - situé entre le vaste basin de puisage et le lavoir. (Celui-ci présente aussi la particularité - devenue rare en 1986 - d’être toujours utilisé par une lavandière).

A Cantayre, une mare servant d’abreuvoir pour les bêtes et, dans un coin de l’abri du lavoir, les vestige d’une cheminée permettant - peut-être - de bouillir le linge sur place.

Le lavoir de Goulens est d’une toute autre facture puisqu’il est desservi par un cours d’eau (le ruisseau d’Amans) et non par une source. Pas de point de puisage d’eau potable. Pas de bassin. Mais un barrage avec écluse qui permet de constituer un plan d’eau.

Quel âge donner à nos lavoirs ?

Une pierre de Verdun porte l’inscription 1583. L’ouvrage est-il pour autant du XVI° siècle ?On peut l’admettre facilement.

Cantayre (1868) et Goulens possèdent des charpentes métalliques qui permettent de situer les construction dans le milieu du XIX° siècle.

La Fourche est accolé à un mur de soutènement qui s’intégrait certainement dans les anciens

remparts.

Peut-on imaginer qu’un lavoir ait été installé au pied d’un système de défense ? Je ne le pense pas. L’enceinte fortifiée de Layrac a été démantelée en 1621. Le bassin de puisage a dû être aménagé peu après. Le lavoir lui-même a été construit ou restauré à une époque beaucoup plus récente (milieu du XIX° siècle).

Il est difficile de dater le lavoir de Fontebeille. Courant du XIX° siècle, probablement. Jusqu’en 1980 il était desservi par un chemin rural maintenant disparu sous l’autoroute.


Mairie de Layrac 05 53 87 02 70 Retour sommaire